The foreground of this image shows ESO’s Very Large Telescope (VLT) at the Paranal Observatory in Chile. The rich stellar backdrop to the picture includes the bright star Alpha Centauri, the closest stellar system to Earth. In late 2016 ESO signed an agreement with the Breakthrough Initiatives to adapt the VLT instrumentation to conduct a search for planets in the Alpha Centauri system. Such planets could be the targets for an eventual launch of miniature space probes by the Breakthrough Starshot Initiative.

L’Observatoire Européen Austral (ESO) vient d’annoncer avoir conclu un accord avec Breakthrough Initatives afin d’adapter l’instrument VISIR, imageur et spectromètre dans l’infrarouge moyen qui équipe le VLT (Very Large Telescope) au Chili. Le but est d’augmenter les performances de l’instrument dans la recherche d’autres planètes potentiellement habitables dans l’environnement de Alpha du Centaure, le système stellaire le plus proche de la Terre.

L’Université de Liège est concernée par cet accord. En effet, l’ULg va développer avec l’Université d’Uppsala (Suède) un nouveau coronographe qui, apposé sur l’instrument VISIR du VLT, permettra de réduire la lumière aveuglante de l’étoile observée, facilitant ainsi la détection de planètes situées dans la zone habitable. Plus spécifiquement, Olivier Absil, astronome à l’ULg et chercheur qualifié au FNRS, a la responsabilité de fournir un composant-clé : une petite (1 cm de diamètre à peine !) pastille transparente en diamant synthétique sur laquelle est gravé un micro-réseau produisant un effet de vortex optique.

Ce dispositif n’est pas une première pour l’ULg. Des coronographes similaires développés à Liège équipent déjà trois des plus grands télescopes du monde : le télescope Keck à Hawaii, le Large Binocular Telescope en Arizona et, déjà, le VLT au Chili. Cependant la nouvelle version développée pour VISIR dans le cadre de cet accord avec Breakthrough Initiatives sera d’un niveau de performance inégalé.

Ces développements technologiques sont menés dans le cadre de l’ERC Starting Grant, une bourse de 1,5 M€ du Conseil européen de la Recherche octroyée à Olivier Absil pour son projet de développement de vortex optiques en diamant synthétique afin d’améliorer la détection d’exoplanètes.

Photographier directement les exoplanètes est une tâche particulièrement complexe, on peut la comparer à la détection depuis la Belgique d’une luciole volant autour du phare du port d’Athènes ! Des dispositifs spécifiques, appelés coronographes, doivent être utilisés pour atténuer la lumière aveuglante d’une étoile et révéler la faible lumière provenant de planètes qui l’entourent. Le projet Vortex d’Olivier Absil consiste précisément à développer de nouveaux types de coronographes basés sur un effet de vortex (tourbillon) optique. En collaboration avec ses collègues d’Uppsala, Olivier Absil grave des micro-réseaux sur de petites pastilles de diamant synthétique afin de créer de tels vortex dans le domaine de l’infrarouge. Ces mini-composants optiques s’avèrent essentiels pour voir dans l’infiniment grand… Disposés sur les télescopes géants et les télescopes spatiaux, ils permettront de détecter et de caractériser des exoplanètes potentiellement habitables.

Avec Michaël Gillon et Olivier Absil, l’Université de Liège accueille deux chercheurs à la pointe dans la recherche des exoplanètes. Leurs méthodes et techniques sont cependant différentes. De par la technique employée, les travaux de Michaël Gillon se concentrent principalement sur les étoiles ultra-froides, les seules autour desquelles la technique des transits planétaires a de bonnes chances de détecter des planètes dans la zone habitable. Avec la technique d’imagerie directe par coronographie d’Olivier Absil, ce sont plutôt des étoiles semblables au soleil qui sont visées, en particulier Alpha du Centaure qui pourrait être qualifié de jumeau de notre soleil.

Communiqué de presse ESO (différentes langues disponibles) et images/vidéo à télécharger

http://www.eso.org/public/news/eso1702/

OLYMPUS DIGITAL CAMERA