Equipements

Télescopes TRAPPIST

Le projet TRAPPIST (TRAnsiting Planets andPlanetesImals Small Telescope) est dédié à la détection et la caractérisation des planètes en orbite autour d’autres étoiles que notre Soleil (exoplanètes) et à l’étude des comètes et autres petits corps de notre système solaire.

Il consiste en deux télescopes robotiques de 60 cm, l’un dans l’hémisphère sud (Observatoire de La Silla -Chili),  et l’autre dans l’hémisphère nord (Observatoire de l’Oukaimeden – Maroc).
TRAPPIST (TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope, petit télescope dédié aux planètes en transit et aux planétésimaux) est un projet dirigé par le groupe d’Origines Cosmologiques et Astrophysiques (OrCA) au Département d’Astrophysique, de Géophysique et d’Océanographie (AGO) de l’Université de Liège.

Principalement financé par le Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique, F.R.S.-FNRS) et l’Université de Liège, TRAPPIST est dédié à la détection et la caractérisation des planètes en orbite autour d’autres étoiles que notre Soleil (exoplanètes) et à l’étude des comètes et autres petits corps de notre système solaire. Il consiste en deux télescopes robotiques de 60 cm, l’un dans l’hémisphère sud, installé à l’Observatoire La Silla de l’ESO au Chili en juin 2010 et l’autre dans l’hémisphère nord, installé en mai 2016 à l’observatoire de l’Oukaimeden au Maroc.

Ce télescope est à l’orgine de la découverte du système exoplanétaires « Trappist » en juin dernier.

> En savoir plus sur le télescope TRAPPIST
> En savoir plus sur le nouveau télescope TRAPPIST-Nord inauguré ce 6 octobre

Les 50 ans du Centre Spatial de Liège (CSL)

Un demi-siècle d’Europe spatiale. Le CSL, hier, aujourd’hui, demain. Les 6 et 7 septembre 2015, le Centre spatial de Liège, mieux connu sous l’acronyme de CSL, fêtait ses 50 ans. L’occasion de revenir sur les temps forts de ce fleuron liégeois.

Au début des “golden sixties”, un jeune professeur de l’Institut d’astrophysique de Liège, André Monfils – dans l’orbite du Pr Pol Swings – mettait à l’heure spatiale une équipe de chercheurs et techniciens pour des expériences au moyen d’instruments optiques. Cette équipe, d’abord connue sous le nom d’IAL Space, grandit pour devenir le Centre spatial de Liège au sein de l’Université et au service de l’Agence spatiale européenne (ESA). Elle a conservé l’esprit pionnier de ses débuts en étant à l’avant-garde pour répondre aux exigences des systèmes spatiaux, tant en Europe qu’en Amérique.

> Consulter le site web du CSL
> Lire l’article Un demi-siècle d’Europe Spatiale
> Consulter le site internet dédié aux 50 ans du CSL

SPECULOOS

La découverte du système TRAPPIST-1 s’inscrit dans le cadre d’un projet plus large, baptisé SPECULOOS (Search for habitable Planets EClipsing Ultra-cOOl Stars), financé par une bourse ERC Starting Grant du Conseil européen de la recherche, qui vise à détecter encore plus de systèmes de ce type.

Alors que les télescopes TRAPPIST se concentrent sur une centaine d’étoiles ultrafroides, les télescopes SPECULOOS vont en cibler environ un millier. Le premier observatoire SPECULOOS, constitué de quatre télescopes, est actuellement en cours d’installation à l’Observatoire Européen Austral de Paranal (ESO) au Chili. Il commencera dès l’année prochaine une recherche intensive de systèmes planétaires semblables à celui sur lequel les chercheurs viennent de mettre le doigt, toujours par l’intermédiaire de la méthode des transits. « Notre projet prototype ne ciblait qu’un petit échantillon d’étoiles ultra-froides. Dans ce contexte, la découverte de TRAPPIST-1 suggère que les planètes de taille terrestre sont très fréquentes autour ce type d’étoiles. SPECULOOS, qui observera dix fois plus de cibles, et avec une plus grande précision, devrait donc en détecter de nombreuses autres, se plaçant ainsi à l’avant-garde de la recherche de vie ailleurs dans l’Univers» se réjouit Michaël Gillon, à la tête de cet ambitieux nouveau projet.

Plus d’informations sur le projet :  http://speculoos.ulg.ac.be

Vidéos

Articles

TRAPPIST-1, C’est quoi?

Une histoire dessinée par Sylvain Rivaud alias Lepithec, auteur de bandes dessinées et illustrateur. http://lepithec.blogspot.co.uk credit: Lepithec/Triaud/Mara Licence Creative Commons, droit de reproduction et diffusion a but non lucratif. [...]

L’ULg va participer à l’amélioration du VLT

L’Observatoire Européen Austral (ESO) vient d’annoncer avoir conclu un accord avec Breakthrough Initatives afin d’adapter l’instrument VISIR, imageur et spectromètre dans l’infrarouge moyen qui équipe le VLT (Very Large Telescope) au Chili. Le but est d’augmenter les performances de l’instrument dans la recherche d’autres planètes potentiellement habitables dans l’environnement de Alpha du Centaure, le système stellaire le plus proche de la Terre.

Trappist Nord : un télescope liégeois au Maroc

Le projet TRAPPIST (TRAnsiting Planets andPlanetesImals Small Telescope) est dédié à la détection et la caractérisation des planètes en orbite autour d’autres étoiles que notre Soleil (exoplanètes) et à l’étude des comètes et autres petits corps de notre système solaire. Il consiste en deux télescopes robotiques de 60 cm, l’un dans l’hémisphère sud (Observatoire de La Silla -Chili), et l’autre dans l’hémisphère nord (Observatoire de l’Oukaimeden – Maroc).

Les 50 ans du Centre Spatial de Liège (CSL)

Un demi-siècle d’Europe spatiale. Le CSL, hier, aujourd’hui, demain. Les 6 et 7 septembre 2015, le Centre spatial de Liège, mieux connu sous l’acronyme de CSL, fêtait ses 50 ans. L’occasion de revenir sur les temps forts de ce fleuron liégeois.