Accueil

Pourquoi se préparer à une transition vers une médecine génomique ?

Le développement récent de technologies de séquençage d’ADN à ultra-haut débit présage une nouvelle ère de la génomique, qui sera personnalisée et permettra d’adapter individuellement les traitements médicaux. C’est une révolution qui va bouleverser la pratique médicale et notre relation au corps médical. Ces avancées médicales génèrent parallèlement des questions sociétales, légales, éthiques, politiques et philosophiques.

 

 Lire la suite de l’article et voir la vidéo

Un cycle de conférences

Illu cycle Conferences genomique

Le génome, c’est quoi ?

 

Pour faire simple, le génome est le programme biologique qui conditionne la manière dont notre corps fonctionne. Une sorte d’Encyclopedia Britannica réunissant 23 énormes volumes qui sont les chromosomes. A la naissance, nous recevons cette encyclopédie en deux exemplaires, l’un provenant de la mère, l’autre du père.

Chaque volume comporte environ 22 000 « recettes » ou gènes.

La médecine génomique s’applique-t-elle déjà ?

Médecine génomique : quels défis pour notre société ?

Tous séquencés dans 10 ans ?

 

Pour Michel Georges, c’est tout à fait possible, mais il s’agit de rester prudent.

Un des freins éventuels sera lié au rapport coût-bénéfice. La nature des informations récoltées va permettre d’adresser des messages de prévention ciblés, qui éviteront le déclenchement de certaines maladies et donc des coûts associés à leur traitement. Parallèlement, le coût du séquençage devrait encore diminuer dans les années à venir. A priori, séquencer la population, ou une partie ciblée de celle-ci, est intéressant dans cette perspective de santé publique.

 

 Lire la suite de l’article

Les enjeux de la génétique

 

Interview de Michel Georges dans Le 15e Jour du mois, décembre 2014. 

 

 Lire l’article

Quelques chiffres
800€

L’accès à sa propre séquence génomique est aujourd’hui possible avec une grande fiabilité à un coût de moins en moins cher, de l’ordre de 800 euros.

3000

C’est le nombre de gènes responsables de pathologies monogéniques mendéliennes identifiés à ce jour grâce à des approches ancrées dans la génomique.

460

C'est le coût (en euros par patient) d’un diagnostic anténatal non-invasif en Belgique.

14

Le réseau scientifique BeMGI (Belgian Genomics Initiative) rassemble 7 universités (flamandes et francophones) et 7 centres de génétique humaine.

Site réalisé par le département des Relations extérieures & Communication de l’Université de Liège

Contact : press@ulg.ac.be

Partager surShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+